Non classé

Chronique livre: Vous êtes fous d’avaler ça

Vous êtes fou d'avaler ça

Résumé du livre

Matières premières avariées, marchandises trafiquées, contrôles d’hygiène contournés, Christophe Brusset dénonce les multiples dérives dont il est, depuis vingt ans, le complice ou le témoin dans les coulisses de l’industrie agroalimentaire.

Ingénieur de haut niveau devenu dirigeant au sein de groupes internationaux, à 44 ans, il a décidé de « faire aujourd’hui son devoir » et de briser la loi du silence.

Piment indien rempli de crottes de souris, thé vert de Chine bourré de pesticides, faux safran marocain, viande de cheval transformée en bœuf, confiture de fraises sans fraises, origan coupé aux feuille d’olivier, etc. Les arnaques qu’il révèle sont nombreuses mais ses conseils rassemblés dans son « guide de survie en magasin » devraient vous permettre d’en déjouer la plupart.

Christophe Brusset raconte la course de vitesse planétaire entre fraudeurs pour fournir aux industriels des matières premières toujours moins chères. Son récit effarant est une plongée saisissante et pleine d’humour dans un monde souvent sans foi ni loi.

” Soyons directs, ce qui intéresse les industriels, c’est votre argent. Pas votre bonheur ni votre santé !”

Chronique du livre : ce que vous allez apprendre !

Le livre est organisé autour de 30 chapitres aussi passionnants les uns que les autres avec un guide de survie en magasin composés de 10 conseils à la fin. Autant dire que l’on ne s’ennuie pas avec ces 265 pages qui nous informent sur les dessous de l’industrie agroalimentaire. On voyage dans plusieurs pays, on se met à la place d’une petite mouche qui observe et on imagine vraiment les scènes que l’auteur décrit avec des anecdotes croustillantes qui allient vérités, détails et parfois humour. Comme le dit Christophe Brusset, après avoir lu ce livre « vous ne mangez plus jamais les yeux fermés ».

Le prologue commence d’emblée par nous faire comprendre que ce sont nous, les consommateurs, qui avons le pouvoir. En effet, comme je le précise souvent dans mes articles, nos choix de consommation sont bien plus importants qu’un vote. C’est très simple: ne pas acheter certains produits permettent aux industries de ne pas gagner d’argent. S’ils ne gagnent pas d’argent, soit il font faillite soit ils se décident à aller dans le bon sens et à nourrir la population avec des produits sains. C’est donc nous qui avons le pouvoir, pas eux.

La Chine, avec ses méthodes et ses scandales alimentaires, est montrée du doigt au chapitre 2: c’est le péril jaune ! D’une manière générale, l’auteur nous invite à éviter autant que possible tous les produits issus de Chine. Lait maternisé dangereux pour les enfants, mafia du porc, petits pains jaunis avec une peinture toxique, viande périmée pour KFC et McDonald’s, huile de « caniveau » pour les fritures etc. La Chine est le pays de la corruption et de la fraude en tout genre.

Berner les consommateurs est un jeu dans lequel les industries agro-alimentaires excellent. Le mensonge est même légalement organisé ! Les escargots de Bourgognes ne viennent pas de Bourgogne mais de Lituanie, Pologne ou Russie. Les cèpes de Bordeaux viennent de Chine. Les herbes de Provence viennent du Maroc, de l’Albanie ou de l’Egypte. L’auteur nous raconte l’anecdote des escargots de Bourgo… euh de Turquie: « La température était caniculaire (…) J’ai senti l’usine bien avant de la voir. Dans une vaste cour bétonnée, des dizaines de tas de coquilles d’escargots vides de plus de 3m de hauteurs s’alignaient (…) A la base des tas, un épais jus noir couvert de mouches  se répandait en flaques (…) les coquilles était ainsi naturellement nettoyées par le soleil et les insectes (…) un rinçage, et direction l’usine pour le garnissage. ».

Ce qu’il faut comprendre, c’est que la législation Européenne joue avec les appellations et que tout ce « trafic » est donc parfaitement légal… ! Sans parler des nombreux documents qui passent les douanes dans des langues différentes impossibles à contrôler. Tout est fait pour que le flou soit légal. Par exemple, « Transformé en France » ne veut pas dire « Origine Française » etc.

Dans le chapitre 4, l’auteur s’attaque aux arnaques de la réduction du poids de certains produits sans en changer le prix. C’est l’exemple des pots de Crème dessert Danette qui ne pèsent plus que 115 grammes au lieu de 125 avec le même prix qu’avant. Il existe des centaines d’autres produits à la fois alimentaires et non alimentaires qui ont subis ce régime.

Je ne vais pas m’attarder à décrire tous les chapitres (ce qui serait trop long) mais vous livre à la place leurs thèmes. L’idée est bien sûr que vous alliez plus loin par vous-même et vous procurer le livre. J’ai volontairement parfois changé le titre des chapitres pour qu’ils soient plus explicites.

  • Chapitre 5: la supercherie du fromage
  • Chapitre 6: les additifs
  • Chapitre 7: L’arnaque de l’andouille
  • Chapitre 8: Les mises en boîte
  • Chapitre 9: l’art du relooking pour mieux berner
  • Chapitre 10: Les dates de péremption
  • Chapitre 11: Etre malin pour ne pas se faire prendre
  • Chapitre 12: Les champignons bleus
  • Chapitre 13: Des crottes dans les épices
  • Chapitre 14: Le concentré de tomates pourries
  • Chapitre 15: Lait mélaminé et miel frelaté
  • Chapitre 16: Il y a poivre et poivre
  • Chapitre 17: Un piment trop rouge pour être honnête
  • Chapitre 18: Les produits broyés et pulvérisés: l’invasion de bêtes à bon dieu.
  • Chapitre 19: De la bonne herbe…. à pizza
  • Chapitre 20: Arnaque au safran
  • Chapitre 21: On s’occupe de vos oignons
  • Chapitre 22: Le voyage des aliments, le cas de la viande de cheval… Pourquoi il faut acheter local.
  • Chapitre 23: Des thés aux pesticides
  • Chapitre 24: S.O.S Vormischung !
  • Chapitre 25: Le recyclage alimentaire industriel pour soit disant ne pas gaspiller
  • Chapitre 26: Des aliments gonflés à l’eau pour être vendus plus chers
  • Chapitre 27: De la confiture de fraises sans fraises
  • Chapitre 28: Délocalisation: la loi de la jungle
  • Chapitre 29: Marques d’enseigne, de distributeurs et pouvoir d’achat
  • Chapitre 30: Coupables, mais pas responsables
  • Epilogue: Petit guide de survie en magasin

Conclusion

Vous l’aurez compris, ce livre est une mine d’or d’informations que tout le monde doit savoir de nos jours ! Lire ce livre devrait être une obligation et vous verrez que vous ne ferez plus jamais vos courses comment avant. Mon conseil: foncez l’acheter !

Si vous souhaitez lire les commentaires du livre sur Amazon, ou tout simplement vous le procurer, je vous invite à suivre le lien suivant: Vous êtes fous d’avaler ça ! Un industriel de l’agro-alimentaire dénonce

A bientôt pour une nouvelle chronique de livre ! 🙂

2 réflexions au sujet de « Chronique livre: Vous êtes fous d’avaler ça »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.