Complément multivitaminique : est-ce réellement utile ?

Vous l’avez remarqué, le marché des compléments alimentaires propose aujourd’hui un choix varié à l’excès, au point que le consommateur lambda ne sait plus s’y retrouver. Mais parmi ces propositions commerciales abondantes, les multivitamines semblent particulièrement tirer leur épingle du jeu. Oui mais pourquoi…

Ce qu’un multivitamines vous apporte et ce qu’il ne vous apporte pas

Comme son nom l’indique, un multivitamines est un complément alimentaire composé de vitamines, minéraux, oligoéléments et parfois d’antioxydants. A l’image de n’importe quel produit alimentaire, la qualité nutritionnelle des multivitamines peut varier du plus mauvais à l’excellence. Cependant, un multivitamines vous apporte nécessairement une quantité concentrée de micronutriments qui est très difficilement retrouvée dans un seul repas, voire dans une seule journée… Mais dans quelle mesure ce type de complément peut-il vous être utile ? 

Une alimentation variée et équilibrée devrait suffire…

S’il apparait aujourd’hui que nos aliments se sont appauvris en certains nutriments, à contrario, ils se sont aussi enrichis en d’autres (1). Une alimentation équilibrée et variée devrait donc normalement vous apporter l’ensemble des macro et micronutriments dont vous avez besoin. Cependant, cette phrase peut résonner aujourd’hui comme un cliché de nutritionniste mal informé plutôt que de présenter une réalité scientifiquement démontrée.

Évidemment, la qualité nutritionnelle des repas quotidiens fera varier la qualité des apports en micronutriments. La condition physique, l’état de santé ou la présence d’une pathologie vont également faire varier ces besoins. Naturellement, cette nécessité alimentaire varie en fonction des personnes, de leur poids, de leur génome ou du fait que vous soyez sédentaire ou sportif. Les athlètes qui effectuent des entraînements physiques très intenses présenteront d’ailleurs des besoins en micronutriments plus élevés que les sédentaires.

Un régime hypocalorique entrainera une carence probable en vitamines et minéraux

Autre point important à souligner, les personnes en régime hypocalorique doivent assurer leurs apports nutritionnels en micronutriments de manière plus sérieuse. En effet, il est assez simple de comprendre que si vous réduisez le volume d’aliments consommés (et vos calories), vos apports en vitamines et minéraux seront nettement moindres par rapport à un régime alimentaire classique. Vitamines et minéraux joue un rôle fondamental pour nos fonctions immunitaires (2), pour l’énergie (3) et contre le stress oxydatif (4).

Carences alimentaires et vieillissement ne font qu’aggraver cette problématique d’ordre alimentaire

Les chercheurs ne cessent de pointer du doigt les deux principales carences alimentaires auxquelles nous devons faire face : le magnésium et la vitamine D (5). Même la plus saine des alimentations ne sera probablement pas en mesure de combler ces besoins, selon un nombre concordant d’études scientifiques. Malheureusement pour nous, autant le magnésium que la vitamine D sont des éléments cruciaux pour notre santé. Tous deux luttent contre le vieillissement, assurent la solidité de nos muscles et de notre système immunitaire. La vitamine D notamment, joue un rôle critique sur la longévité humaine en agissant sur plus d’un millier de gènes impliqués dans de multiples processus cellulaires. A vrai dire, c’est considérable…

La science a prouvé que la longévité est liée à la qualité de votre alimentation et des apports micronutritionnels

A parler de longévité, disons que le vieillissement cellulaire et organique nécessite un apport plus élevé en vitamines, minéraux et oligoéléments. Avec l’âge, l’assimilation des nutriments devient plus difficile. C’est effectivement le cas pour les protéines avec un affaiblissement progressif de la masse musculaire, entraînant un vieillissement général de l’organisme avec une augmentation statistique des maladies liées à l’âge. Là aussi, vitamines et minéraux jouent un rôle crucial pour lutter contre le vieillissement et la baisse d’énergie. Citons par exemple, les vitamines B1, B2, B3, B6, B8, B12, le phosphore, le magnésium, le calcium, le potassium, le chrome et bien d’autres. Ajoutons pour finir que des études cliniques ont mis le rôle des antioxydants en évidence sur l’assimilation des protéines chez les personnes vieillissantes et donc, d’un besoin accru de protection cellulaire et organique par les vitamines antioxydantes. La liste des bienfaits des vitamines et minéraux est longue… ils sont reconnus utiles à la santé osseuse (6), au maintien d’un bon rythme cardiaque (7), des fonctions cognitives (8) mais également à la synthèse des protéines.

Au-delà des clichés insensés et colportés par des non-spécialistes l’ensemble des arguments que nous venons d’évoquer dans cet article résume pourquoi la prise d’un multivitamines de qualité élevée peut s’avérer très utile pour un public très large, contrairement à ce que peuvent penser encore beaucoup de personnes…

Références
  1. Guéguen, L. La Valeur Nutritionnelle Des Aliments A-t-Elle Diminué Depuis 60 Ans ? 2017.
  2. Patricia T. Alpert, « The Role of Vitamins and Minerals on the Immune System », Home Health Care Management & Practice, juin 2017, pp. 199-202 ; Silvia Maggini, Adeline Pierre et Philip C. Calder, « Immune Function and Micronutrient Requirements Change over the Life Course », Nutrients, octobre 2018.
  3. Edouard Huskisson, Sylvia Maggini, Martina Ruf, « The Role of Vitamins and Minerals in Energy Metabolism and Well-Being », The Journal of International Medical Research, 2007, pp. 277-289.
  4. Élodie Gauche et Christophe Hausswirth. « Stress oxydant, complémentation nutritionnelle en antioxydants et exercice », Movement & Sport Sciences, 2006, pp. 43-66.
  5. Etude SU.VI.MAX (SUpplémentation en VItamines et Minéraux Anti-oXydants), Dr S. Hercberg , 1994 -2003.
  6. Charles T Price, Joshua R Langford et Frank A Liporace, « Essential Nutrients for Bone Health and a Review of their Availability in the Average North American Diet », The Open Orthopaedic Journal, 2012, pp. 143-149.
  7. Mark C. Houston, « Nutraceuticals, Vitamins, Antioxidants, and Minerals in the Prevention and Treatment of Hypertension », Progress in cardiovascular diseases, mai-juin 2005, pp. 396-449.
  8. Edouard Huskisson, Sylvia Maggini, Martina Ruf, « The influence of micronutrients on cognitive function and performance », The Journal of International Medical Research, 2007.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.