Conseils nutritionnelsSanté

Le vin rouge : les vertus d’une boisson pour le coeur

vertus du vin rouge

Les maladies cardio-vasculaires font aujourd’hui partie des maladies de civilisation les plus importantes dans les pays occidentaux et développés. Consommer régulièrement et modérément du vin rouge biologique à raison de 12-14cl par jour permet de protéger votre coeur et de réduire les cas d’accidents ou de mortalités cardio-vasculaires. Le vin rouge contient des propriétés antioxydants très puissantes qui protègent votre système cardio-vasculaire. De plus, contrairement aux autres alcools (liqueurs, bière, vodka etc.), le vin rouge protège des cancers du larynx, de l’oesophage et de l’estomac et assure une meilleure fonction cognitive (bon pour la maladie d’Alzheimer). Enfin, il protège des infections urinaires et prévient la constipation.

Pour en savoir plus :

Santé cardio-vasculaire

Polyphénols et quercétine

Les recherches ont démontré que les polyphénols du raisin que l’on peut retrouver dans le jus de raisin ou le vin rouge réduisent les risques de maladies cardio-vasculaires. Le polyphénol le plus actif dans le vin rouge est les flavonoïdes qui possèdent des propriétés antioxydantes très élevées. Parmi ces flavnoïdes, nous retrouvons la quercétine qui est l’un des plus importants flavonoïdes présent dans le vin rouge. Encore une fois, leurs propriétés antioxydantes sur le coeur ont été maintes fois démontrées.

Resvératrol

On y trouve aussi du resvératrol qui protège les cellules du coeur, inhibe l’agrégation des plaquettes, réduit les triglycérides du plasma sanguin, réduit l’accumulation de cholestérol dans l’aorte et a un effet vasodilatateur qui détend les artères coronaires.

L’efficacité du vin rouge sur la santé du système cardio-vasculaires est très bien expliqué dans le phénomène du paradoxe Français ainsi que dans le régime Méditerranéen.

Cancers et pathologies chroniques

Une consommation modérée de vin rouge est associée à une baisse d’apparition de certaines cancers et de pathologies chroniques. Les substances cancérigènes résultants de la combinaison de tabac et d’alcool (liqueurs, bière, vodka etc.) augmentent les risques de contracter une tumeur du larynx et de l’oesophage. En revanche, les buveurs modérés de vin rouge ont 40% de risques en moins de contracter toute forme de cancer de la gorge ou de l’estomac.

Le vin rouge est aussi associé a une protection contre de multiples pathologies chroniques grâce à ses propriétés bactéricides : protège contre les calculs biliaires et les infections urinaires, prévient la constipation, assure une meilleure densité minérale osseuse, assure de meilleures fonctions cognitives (bon contre Alzheimer) et protège contre la dégénérescence maculaire (oeil).

Quelle quantité ?

Plusieurs études stipulent que les effets protecteurs du vin rouge sur le coeur sont optimales lorsque l’on en a une consommation régulière et modérée. Ils préconisent 15.5 à 31g d’alcool par jour ce qui revient à dire de consommer un petit ballon (10-12cl) par jour. Aussi, votre bouteille de vin devrait tenir une bonne semaine avant de pouvoir en consommer une nouvelle. Rappelez-vous : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé !

Le cas de sulfites (ou dioxyde de soufre – SO2)

Ils ont des propriétés antioxydantes et antibactériennes et sont utilisés comme conservateur dans le vin rouge ou d’autres alcools (bière, cidre). Le problème est que si l’on dépasse une certaine dose recommandée de sulfites (c’est le cas pour les gros buveurs de vin mais pas pour les modérés) on peut avoir des intolérances avec des allergies comme de l’asthme, des démangeaisons ou des douleurs abdominales. La dose journalière admissible par l’OMS est de 0,7mg/kg de poids par jour soit environ 50mg par jour si l’on pèse 70kg. L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, l’environnement et du travail) affirmait en 2011 que 3% de Français dépassent la dose journalière admissible. De nos jours, les vins contiennent moins de sulfites et certains pas du tout (même si en réalité ils en contiennent tous car les levures en cours de la fermentation alcoolique produisent des quantités non négligeables de SO2). La politique européenne de réduction des doses maximales dans les vins a porté ses fruits puisque l’on constate qu’une consommation modérée de vin rouge ne provoque pas de dépassement des doses journalières admissibles.

Pourquoi bio ?

L’EWG (environmental working group), une ONG environnementale américaine a publié une étude sur la contenance en pesticides de 47 fruits et légumes, basée sur 87.000 tests réalisés entre 2000 et 2009 puis en 2013 et 2014.

Les résultats montrent que le raisin fait partie des fruits les plus contaminés par des pesticides. Cette tendance est encore plus vraie pour les raisins importés (du Chilli notamment). En gros, consommer du raison non bio donc du vin non bio c’est ingérer environ une dizaine de pesticides différents ! Méfiez-vous donc encore plus des vins importés que ceux de l’UE. D’une manière générale, privilégiez les vins de votre pays issus de l’agriculture biologique. Mieux vaut mettre un peu plus cher et préserver sa santé.

Comment décupler les bienfaits du vin ?

Vous découvrirez dans le “Guide de synergie alimentaire”, avec quel aliment bien spécifique il faut associer le vin rouge pour décupler ses bienfaits sur votre système cardio-vasculaire. Cliquez sur l’image pour plus d’informations.

Guide de synergie alimentaire

Références 

Red wine: A drink to your heart, J Cardiovasc Dis Res. 2010 Oct-Dec; 1(4): 171–176. Doi:  10.4103/0975-3583.74259, T.S. Mohamed Saleem and S. Darbar Basha.
The health benefits of wine, Annu Rev Nutr. 2000;20:561-93, German JB1, Walzem RL.
Polyphenols are medicine: Is it time to prescribe red wine for our patients? Int J Angiol. 2009 Autumn; 18(3): 111–117. Alfredo C Cordova, MD1 and Bauer E Sumpio, MD PhD FICA2.
« Changez d’alimentation », Pr. Henri Joyeux, 2013.
www.ewg.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.